Capsule éducative – Commotion cérébrale

Capsule éducative – Commotion cérébrale

Qu’est-ce qu’une commotion cérébrale ?

La commotion cérébrale peut survenir lors d’un coup direct à la tête, au visage et au cou ou lors d’un coup indirect, c’est-à-dire un impact ailleurs sur le corps transmettant une force jusqu’à la tête. Il s’ensuit alors un processus physiopathologique complexe au niveau du cerveau provoquant ainsi une cascade de signes et symptômes. Malgré les inconvénients que la commotion cérébrale peut occasionner, aucune anormalité n’est visible à l’imagerie médicale.

Comment détecter une commotion cérébrale ?

Les signes et symptômes d’une commotion cérébrale peuvent être : un mal de tête, douleur au cou, étourdissements, troubles de l’équilibre, maux de cœur, fatigue, troubles visuels, hypersensibilité aux bruits ou à la lumière. La commotion cérébrale peut aussi provoquer ou non une perte de conscience ou une altération de l’état de conscience (se sentir confus, ralentis), des troubles affectifs (irritabilité, impatience, anxiété) et des troubles du sommeil.

Les signes et symptômes d’une commotion cérébrale se résorbent généralement de façon séquentielle, dans une période d’environ 10 jours, en suivant les conseils de notre professionnel de la santé. Cependant, certains symptômes peuvent perdurés plus longtemps. 

Quoi faire ?

Si vous croyez avoir subi une commotion cérébrale, il est important de consulter un professionnel de la santé pour faire évaluer votre condition. Si les symptômes s’aggravent (détérioration de l’état de conscience, augmentation des maux de tête, vomissements, engourdissements/picotements, etc.), il est important de consulter rapidement un médecin à l’urgence. Si la commotion cérébrale a été subie lors d’une activité sportive, l’athlète doit être retiré immédiatement du jeu. 

Le repos cognitif est l’étape initiale pour la prise en charge d’une commotion cérébrale, c’est-à-dire cesser l’utilisation des écrans (télévision, cellulaire, jeux vidéos, etc.), la conduite auto et la lecture. Il est également important de ne pas consommer d’alcool, de drogue ou tout autre stimulant. Cette étape dure généralement 48h. Il est ensuite recommandé de s’activer peu à peu, sous le seuil d’exacerbation des symptômes.

Par la suite, la reprise des activités intellectuelles (école et/ou travail) se fait graduellement avec certaines adaptations (par exemple, débuter par 15 minutes de devoirs, faire ensuite une demi-journée d’école, etc.). Le retour complet doit être réalisé avant de reprendre le sport.

Finalement, le retour aux activités sportives se fait également progressivement, c’est-à-dire la reprise des activités aérobiques de légère à modérée, suivie des activités propres au sport. Chaque étape doit se faire sans augmentation des symptômes et le retour complet au jeu est possible lorsque la totalité des symptômes sont disparus.

Le rôle du physiothérapeute ?

Le physiothérapeute procèdera à une évaluation complète des systèmes pouvant être affectés suite à une commotion cérébrale, c’est-à-dire la région cervicale et l’articulation temporo-mandibulaire, l’oculomotricité, le système vestibulaire et le système neurologique. Il élaborera un plan de traitement pour vous aider et vous guider dans la reprise de vos activités. Il saura vous aider et vous réfèrera vers les autres professionnels pouvant améliorer également votre condition (médecin, neuropsychologue, ergothérapeute, optométriste, etc.).

Cette capsule ne remplace en rien une consultation avec un professionnel de la santé. Si vous croyez avoir une commotion cérébrale ou des symptômes s’y apparentant, consultez votre médecin ou un physiothérapeute qualifié.

Valérie Bureau-Morin, physiothérapeute

Crédit photo: Maca Cama Photographie

Sources :

McCrory, P., Meeuwisse, W., Dvorak, J., Aubry, M., Bailes, J., Broglio, S., … & Davis, G. A. (2017). Consensus statement on concussion in sport—the 5th international conference on concussion in sport held in Berlin, October 2016. Br J Sports Med, bjsports-2017.